Suite à l’assassinat de Ti Hougan, Ti Joseph et Gabriel s’affrontent à cité Soleil

Environ une semaine après la mort de l’ex-chef de gangs du quartier Boston, Jinel Louis alias « Ti Hougan », les affrontements armés ont repris à Cité Soleil. Son présumé assassin, « Ti Joseph » ainsi connu et sa troupe, affrontent le groupe armé dirigé par le nommé Gabriel à Brooklyn. « Le contrôle des territoires » serait la cause principale de ce conflit qui a déjà fait plusieurs morts. Une situation qui inquiète au plus haut point notables et acteurs sociaux œuvrant dans ce vaste bidonville.

Alors que certaines familles avaient signé leur retour, le lendemain de l’assassinat par balles du chef de gang « Ti Hougan », le 29 novembre dernier, les armes recommencent à chanter dans le plus grand bidonville du pays. Depuis le début de la semaine dernière, le groupe armé de Boston, ayant à sa tête « Ti Joseph », entre en conflit avec celui de Gabriel, qui cantonne à Brooklyn, au bas de la Cité. Pendant au moins trois (3) jours, la commune dansait au rythme de cartouches. La peur s’installe à nouveau chez les citoyens de Cité Soleil qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Des familles commencent déjà à quitter la zone pour éviter d’être victimes lors des éventuelles représailles. « Je suis obligé de vider les lieux avec tous mes enfants. Je vais les emmener chez ma mère au Cap-Haïtien », nous explique une mère de famille jointe au téléphone par la rédaction de Loop Haïti. D’autres familles, n’ayant pour le moment aucun endroit où aller, sont obligés de rester, et laisser leur protection entre la main divine.

Les causes des affrontements

Peu après la mort de Jinel Louis alias « Ti Hougan », des alliances entre des groupes armés avaient vu le jour. La plus importante était celle de la bande à « Ti Joseph » à celle de Gabriel. Après la mort de « Ti Hougan », le nouveau caïd de Boston s’est rallié à son compère Gabriel, dans le but de renforcer son pouvoir. L’un des proches de Gabriel, Daddy ainsi connu, a même été placé comme chef de la zone de Projet-Drouillard, dirigé auparavant par le nommé « Bon Van », l’un des soldats de Ti Hougan.

« Après le décès par balles de Jinel Louis et deux (2) de ses acolytes, les hommes de Gabriel circulaient avec des armes à feu dans presque tous les coins de Boston. Une situation qui n’a pas plu à Ti Joseph, a rapporté un habitant de ce quartier, joint au téléphone par la rédaction. L’alliance n’a donc pas duré.

Tout allait basculer, seulement moins de cinq (5) jours après l’assassinat de Jinel Louis. Selon des informations recueillies sur place, « Ti Joseph », le présumé assassin du chef de gang et désormais nouveau caïd de Boston s’était rebellé contre Gabriel, qui avait voulu élargir son pouvoir jusqu’à Boston. Le remplaçant de « Ti Hougan », a rapporté notre source, aurait eu des altercations avec Daddy, proche de Gabriel, nouveau chef de « Projet-Drouillard ». « Ti Joseph » a même tenté de le déloger, comme pour reprendre le contrôle de ce quartier.

Et depuis, les affrontements armés ont déclenché. Les échanges de tirs ont eu lieu pendant plus de deux (2) jours, faisant ainsi plusieurs victimes dans les deux (2) camps. Gabriel et Ti Joseph, aujourd’hui à couteaux-tirés, avaient eu pourtant de très bons rapports après l’assassinat de « Ti Hougan ». Les anciens amis sont actuellement de nouveaux ennemis.

Plusieurs victimes recensées 

« Le début de la semaine était très tendue. Plusieurs personnes sont mortes », nous raconte un citoyen sur place, sans aucune précision sur le nombre exact des victimes. Des proches de la mairie ont confirmé les faits mais ne sont pas en mesure d’avancer de chiffres.

« Selon des informations dont je dispose, au moins deux (2) personnes ont été tuées par balles », a rapporté Enock Joseph, ancien chef de cabinet du maire principal de la commune. Cependant, selon des sources concordantes, il y en aurait beaucoup plus. Le responsable de la structure dénommée « Ministère Pasteur Enock-MPE » s’en prend à l’Etat central qui, dit-il, n’a rien fait pour changer la situation dans cette zone.

Notables et acteurs sociaux s’indignent

La reprise des affrontements armés à Cité Soleil, est une situation qui préoccupe, mais qui révolte certains acteurs sociaux militant pour le maintien de la paix qui s’était installée dans le bidonville depuis plusieurs années. Sur les réseaux sociaux, des leaders communautaires s’indignent et expriment leurs frustrations. « La politique nous tue à Cité Soleil », a écrit Louino Robillard, co-initiateur du fameux projet Konbit Bibliyotèk Site Solèy.

Le jeune leader communautaire s’insurger contre tous ceux et celles qui encouragent la violence et prêchent le conflit dans son quartier. Pour cela, un Ashtag #KiteSiteSolèyNanLapè, a même été lancé sur Facebook, pour sensibiliser les acteurs sur la nécessité d’un retour à la paix. Un appel suivi par bon nombre de jeunes et de notables de la communauté, qui ne souhaitent plus vivre la terreur qu’a connue la commune dans le passé.

Le weekend écoulé, un semblant d’accalmie avait été observé dans plusieurs endroits à Cité Soleil, donnant lieu à une certaine reprise des activités, quoique timide. Dimanche 8 décembre, date marquant la fête de l’Immaculée Conception, patron de la commune, quelques activités culturelles ont été réalisées. Cependant, les citoyens craignent une reprise des affrontements armés durant cette semaine, puisque selon eux, les contentieux ne sont pas encore vidés entre les groupes rivaux.

#LOOPNWSH

Facebook Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.

%d bloggers like this: